Le monosourcil entre considération culturelle et modernisme

C’est rare et même bizarre de voir une personne avec un monosourcil, tout simplement parce que les gens ne l’assument pas. Ils se les font donc enlever, pour que leurs sourcils restent comme pour la plus part des gens. L’épilation par exemple est très privilégiée pour cela, avec une crème rapide et moins douloureuse, ou encore la cire. Pour les plus méticuleux c’est plutôt une pince à épiler qui est le meilleur accessoire, même si cela demande beaucoup de temps. Pour ce qui est du rasoir, son emploi est assez contraignant, car il faudra vous y atteler très régulièrement. Lorsque vous rasez un poil, il repousse systématiquement plus vite et plus dur. Alors, chacun y va de sa préférence, tout ceci parce que le monosourcil n’est pas du tout apprécié de nos jours. Mais qu’en était-il auparavant?

monosourcil

Un changement de perception

Toutes les personnes qui prennent du temps pour séparer leur monosourcil aujourd’hui, n’aurait eu aucun problème s’ils avaient vécu dans la Rome antique ou la Grèce antique. La synophridie comme se nomme cette présentation, était également rare à cette époque. Mais contrairement à notre temps moderne, le monosourcil était plutôt convoité. Ces individus le trouvait sublime, au point d’envier ce qui l’avait naturellement. Certains étaient mécontents de ne pas être né ainsi, au point de renforcer cette partie du visage avec un peu d’encre. Malheureusement, aujourd’hui, il est juste devenu un sujet comique.